Conclusion

Quel modèle de droits mettre en œuvre pour les créations immatérielles, en préservant une « société de l'information » libre ?